Après Harry et Meghan Markle, voilà que William et Kate Middleton se donnent également au jeu ! Les Cambridge ne se sont pas tenus au protocole de neutralité de la couronne britannique en matière de politique tout comme les Sussex l’ont fait récemment. Une prise de position médiatisée ou non, découvrez les dessous de toute l’histoire dans ce qui suit !

Donald Trump éjecté de la Maison Blanche, une défaite qui ne passe pas !

Les Américains ont voté leur président et ils ont élus Joe Biden, le candidat donné favori dans la course à la présidentielle ! Sauf que pour le républicain Donald Trump, il a accusé le parti du nouveau président de fraude à l’élection. Toujours sur la défensive, le président sortant avait affirmé que « Un petit groupe de personnes très tristes essaient de priver les électeurs américains de leurs droits, de nous voler la victoire et nous ne l’accepterons pas ».

Comme toujours, il n’a pas mâché ses mots en allant beaucoup plus loin dans ses accusations tout en ayant la conviction qu’il avait été élu. Il avait pointé du doigt le vote par correspondance de « fraude contre la nation », ce qui risque d’attiser les tensions entre les pro-démocrates et les pro-républicains au pays de l’Oncle Sam !

Quand les Cambridge s’en mêlent aussi !

Si Harry et Meghan ont lancé un appel auprès du peuple Américain pour venir voter, William et Meghan sont toutefois restés plus discrets ! En effet, le couple ne souhaite pas que Donald Trump occupe une fois de plus la fonction de président des Etats-Unis pour les quatre années à venir. S’ils ont une dent contre le président actuel c’est tout simplement pour son post déplacer faisant référence à la duchesse de Cambridge lors de ses vacances dans le  sud de la France.

En effet, le président avait relayé la photo en commentant : «Qui n’au­rait pas pris la photo pour se faire plein d’argent si elle se dés*a­bille pour bron­zer ? Allez, Kate, c’est bon !». Un propos de plus parmi la longue liste notamment celle qui parlait de Lady Diana où le président avait affirmé qu’il « aurait pu la chopper même si elle était folle » !