C’était lors de sa chronique sur RTL que Valérie Trierweiler est revenu sur l’affaire Samuel Paty. L’ancienne campagne de François Hollande raconte combien cette nouvelle avait touché Brigitte Macron vendredi dernier. Retour sur l’évènement !

Un assassinat qui a ébranlé toute la France

C’était vendredi dernier que la France a appris l’assassinat de Samuel Paty en pleine rue. Ce professeur d’histoire-géographie avait été décapité après avoir servi d’une caricature de Mahomet durant l’un de ses cours. Un hommage national avait été donné en son honneur à la Sorbonne avant son enterrement. Face à un tel évènement, Brigitte Macron était en pleine « sidération, comme si elle avait été touchée dans sa propre chair. » comme le raconte Valérie Trierweiler lors de son émission.

La raison pour cela c’est que la première dame avait été également une enseignante, et Samuel Paty était l’un de ses collègues de travail. La journaliste affirme que les deux avaient partagé « un amour hors du commun de leur métier, une vocation à enseigner et un bonheur sans cesse renouvelé de retrouver les élèves ». Selon Thomas Sotto, ils étaient animés par l’esprit de vouloir « transmettre », ce mot que l’on peut retrouver au début de la lettre que Brigitte Macron lui avait adressé.

Une lettre d’hommage remplit d’émotion

Brigitte Macron avait adressé une lettre à Samuel Paty publiée également dans Le Parisien. Elle a montré sa gratitude envers les proches du défunt tout en témoignant sa reconnaissance envers les enseignants en France qui sont actuellement 800 000. « Être prof, c’est transmettre et anticiper, préparer les cours avec une attention particulière parce que chaque leçon est importante […], comme nous pouvons le lire au début de la lettre. C’est repérer une lueur que l’on a pu allumer dans les yeux des élèves […] c’est développer leur esprit critique pour les rendre libres. Tout cela, Samuel, vous le saviez, et mieux encore, vous l’incarniez » !