En pleine lutte contre le Covid-19, le gouvernement de Jean Castex ne cesse de prendre de nouvelles mesures pour protéger les citoyens tout en limitant les risques de propagation du Coronavirus. C’était pour en parler qu’Anne-Elisabeth Lemoine a invité François Hollande sur le plateau de C à Vous.  Sauf que pour l’invité, un oubli a mis mal à l’aise la présentatrice !

Une lutte qui dure depuis plus de six mois

Depuis mars dernier, la lutte contre le Covid-19 ne cesse de prendre de l’ampleur jusqu’à ce jour. Après les deux mois de confinement que les Français ont vécu, voilà qu’une nouvelle mesure reconfinant le pays tout entier vient d’être décrétée par le président mercredi dernier. En effet, si le premier ministre Jean Castex avait orchestré un déconfinement progressif lorsqu’il occupait encore la fonction de ministre, sa stratégie n’a pas porté ses fruits quelques mois après.

Le pays est de nouveau confronté à une nouvelle vague de Covid-19, nécessitant donc les mesures nécessaires pour limiter la propagation de la pandémie tant redoutée. Si le couvre-feu touchant les 54 départements n’était qu’un « prélude », il faut croire que cela a conduit le pays tout entier à un nouveau confinement.  Une stratégie vivement critiquée par le président sortant.

La liberté retrouvée, un syndrome vécu par beaucoup de Français

Selon François Hollande, la gestion de la crise sanitaire effectuée par le gouvernement présente de nombreuses lacunes. Selon lui « le déconfinement a été trop rapide et la rentrée de septembre organisée de manière trop optimiste » et que prendre une telle décision de sortir le pays du confinement était trop vite.

Mais le hic c’est lorsqu’il avait oublié le nom du premier ministre dans cette phrase «Je ne sais plus qui était monsieur déconfinement à ce moment-là… » jusqu’au moment où la présentatrice lui souffle le mot « Jean Castex » ! Un moment de lapsus qui n’a pas ébranler l’ancien président. Il a poursuivit sa phrase en disant « On était tous atteintspar le syndrome de la liberté retrouvée. On avait envie de vivre, de retourner sur les terrasses… ». De quoi faire réagir le gouvernement pour les prochains jours !