L’équipe de Cyril Hanouna a fauté. En effet, après l’hospitalisation de Loana, TPMP a dépêché Gilles Verdez devant l’entrée de son immeuble pour soit disant « contextualiser les faits ». Une chose qui ne passe pas du tout auprès des fans de la star de téléréalité. Une des invités du chroniqueur qui est non moins l’amie de la maman de Mindy a pointé du doigt en direct l’équipe sur cette affaire. Explication !

Loana au plus mal

Qu’est-ce qui s’est passé pour que Gilles Verdez se rendent devant chez Loana micro à la main et équipe de tournage en sus jeudi dernier ? L’histoire va bien au-delà d’une visite de courtoise puisque le chroniqueur avait été dépêché par C8 pour donner une image au fait qui s’est produit devant l’appartement de la lofteuse comme l’indique Cyril Hanouna. En effet, c’était dans cette rue que la quarantenaire avait été aperçue nue mardi dernier vers 16h20 de l’après-midi en sortant de chez elle. Elle avait ensuite été internée en psychiatrie pour démence. Le mentor de TMPM avait contacté ses proches pour en savoir davantage sur la situation comme il l’indiquait pour expliquer ce geste. Toutefois, la pilule de trop pour les téléspectateurs était l’approche du journaliste entre le domicile de Loana jusqu’au commissariat du 8ème.

Une critique qui n’a pas manqué de faire des émois

Certes, Gilles Verdez avait été envoyé pour effectuer une enquête sur ce qui s’est passé réellement. Comme on peut le voir dans le micro-trottoir, Loana avait été interné après avoir été vue nue en voie publique et agressive envers les passants. Mais, Cyril Hanouna n’a pas hésité de recadrer son chroniqueur avec un ton taquin sur le manque de témoignages des passants et personnes qui ont vu les faits se dérouler. Sauf que pour les internautes, montrer à l’écran le domicile de Loana était plus qu’aberrant en l’exposant davantage aux dangers. Certains ont même déploré le manque de professionnalisme du chroniqueur avec son ton se rapprochant du sketch si d’autres n’ont pas hésité à ce qu’on la laisse vivre en paix en mettant un terme à cette médiatisation du diable !