Voilà qui est donc claire pour Sylvie Tellier, la directrice de la société Miss France ! Malgré les scandales et les polémiques qui entourent ce concours, aucun changement ne sera visible à l’horizon, du moins pour le moment. Les candidates devront faire avec si elles veulent participer à ce prestigieux concours qui ouvrent certaines portes !

De quoi éteindre le feu !

Au cours de ces dernières années, l’image du concours de beauté Miss France a été ébranlée par de nombreux scandales au cours de ces dernières années. Et avec la récente polémique  lors de l’élection Miss régionale en Guadeloupe, ces scandales ont encore pris de l’ampleur. C’est pour cela que lors de l’interview exclusive qu’elle avait accordé à Télé Loisirs, Sylvie Tellier est revenu sur les sujets épineux !

Le début de la polémique n’était autre que des photos montrant une concourante, Anaëlle Guimbi, seins nus. Le comité ne s’est pas interrogé sur la raison de ces clichés, mais tout de suite, elle a décidé de lui retirer son droit de participation. Alors, qu’en creusant davantage, il aurait pu découvrir que ces photos ont été prises dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Une autre participante a également goutté au coup de fouet du comité, à savoir Anastasia Salvi, Miss Franche-Comté. Raison de la sanction, une photo légèrement dénudée de la jeune femme qu’une des prétendantes a signalée ce qui lui a valut la renonciation à son titre. Pour sa défense, Anastasia Salvi affirme que le comité Miss France était au courant de ces photos et que des membres les auraient « aimées » sur les réseaux sociaux. Ce qui a suscité une vive réaction sur le changement a opéré concernant les règles jugées désuètes sur l’élection Miss France.

Un changement ? Ce n’est pas demain la veille !

Pour Sylvie Tellier, ce n’est pas le règlement qui doit être changé, mais plutôt les candidates qui doivent faire plus confiance au comité. L’ancienne Miss France 2002 ne pensera pas changer de sitôt les règlements qui régissent l’élection. Elle affirme en effet que « … les jeunes femmes ne nous fassent pas confiance et ne transmettent pas à leur délégation des photos qui pourraient, potentiellement, être jugées contraires au règlement… » C’est ce qui « ouvre la porte à tous ces délateurs… ».

De ce fait, elle invite les participantes à l’élection Miss France de transmettre toutes les informations les concernant pour éviter que des documents pouvant ternir l’image des candidates ne soient diffusées sur les réseaux sociaux.

En ce qui concerne les changements au niveau des règlements, cela ne se fera pas, d’autant plus que les règlements en vigueur actuellement sont déjà flexibles comme l’affirme la présidente. Cette dernière a tenu à rappeler que cela permettait de faire des études au cas par cas, ce qui n’a pas été le cas pour la malheureuse prétendante de Miss Guadeloupe !