Presse à scandale quand tu nous tiens ! C’est ce que nous pouvons en tirer de cette fausse information qui circulait sur l’état de santé de Laurence Boccolini. En effet, le média avait affirmé que cette dernière a été hospitalisée à cause d’une crise cardiaque. Alors, pour remettre le train sur les rails, elle a publié un démenti sur Instagram !

Malade oui, crise cardiaque non !

A 56 ans, Laurence Boccolini demeure une figure emblématique de TF1. Après avoir présentée l’émission « Maillon faible » la maman de Wilow est à la tête de « Je suis une célébrité, sortez moi de là », une émission qui ne cesse d’enregistrer un taux d’audiences considérable. Cependant, c’était le 15 mai dernier qu’elle a posté une photo d’elle sur son lit d’hôpital où l’on pouvait apercevoir une perfusion, ceci dit, elle n’était pas dans toute sa forme. Sauf que certains avaient prétendus qu’elle était victime d’une crise cardiaque alors qu’elle n’avait apporté aucun détail sur son état de santé ! Elle a donc remis les points sur les « i » en postant un démenti sur Instagram.

Un cliché typique de la société actuelle !

Si le journaliste avait déduit que Laurence Boccolini avait été atteinte d’une crise cardiaque c’est tout simplement parce qu’elle avait suivi un régime et a perdu quelques kilos. Cela ne peut pas être la cause d’une « malaise cardiaque » à ce qu’on sache ! Alors, la principale intéressée avait été obligée de sortir de son silence.

« Vous m’inventez de toutes pièces une crise cardiaque qui serait les conséquences d’une perte de poids (…) Oui j’ai été hospitalisée, oui c’était grave, et j’ai failli voir le fameux tunnel avec la lumière au bout comme dans ‘Poltergeist’ (super film au passage) mais ce n’est ni à cause de mon poids ou de ma perte de poids. Cliché d’écrivaillon qui veut juste vendre son papier ».

Elle a donc été forcée de préciser la raison de son hospitalisation : « J’essaye avec le plus grand mal et le plus de force possible de sortir d’une infection mal soignée lors de mon tournage en Afrique du Sud et qui a salement dégénéré une fois de retour à Paris. Vous m’obligez à me justifier pour démentir une information totalement fausse ». De quoi prendre du recul dans les travaux d’investigation quand on est journaliste !