D’après les sondages, seulement 29% des Français continueraient d’avoir confiance au président de la République. Il faut croire qu’il a perdu la côte non seulement auprès de la population, mais aussi au sein même du gouvernement. Peut-être que cela est dû à cette mauvaise habitude qu’il a depuis son quinquennat. Une chose à changer en cas d’un nouveau mandat !

Un défaut qui ne plaît pas à tout le monde !

Outre ses proches collaborateurs, Emmanuel Macron est aussi pointé du doigt par ses homologues, notamment lors des visites officielles à cause de cette manie ! En effet, le président est connu pour ses retards. Et oui, si vous ne le savez pas encore, il a cette mauvaise habitude d’arriver à l’heure et tout le monde a dû s’y faire au cours de ces dernières années à l’Elysée. Toutefois, même si cette mauvaise habitude avait quelque peu dérangé ses collègues, les obligeant à s’adapter à l’emploi du temps du président, d’autres points constituent la pomme de discorde au gouvernement.

Parmi ceux qui n’ont pas hésité à mettre le président contre le mur est certainement Laurent Fabius, son ancien Premier ministre. Selon une source sûre, Laurent Fabius aurait affirmé que « Avant son entrée à l’Elysée, il le voyait comme un petit marquis poudré. Lui qui a été le plus jeune Premier ministre de France, ne supporte pas l’idée que ce jeune homme ait été élu président ». Tout le monde se plaint donc de cette mauvaise habitude d’Emmanuel Macron à arriver en retard à chaque fois !

Un président qui adore les bavardages !

Si Emmanuel Macron est toujours en retard ce n’est pas par fainéantise, c’est tout simplement parce qu’il adore bavarder avec des gens qu’il croise. Et oui, c’est certainement pour cette raison que le président ratent souvent ses réunions de travail, ses conférences de presse ou encore ses déplacements de quelques minutes, voire de quelques heures. Le Parisien avait rapporté les dires de l’un des proches du président dans ses colonnes que : « C’est un bavard, une vraie pipelette. Il veut tellement convaincre chacun de ses interlocuteurs qu’il ne compte pas son temps. Du coup, ça rallonge systématiquement tous ses rendez-vous ».

Pour sa défense, Emmanuel Macron affirme qu’en tant que chef de l’Etat, c’est de son devoir d’échanger avec ses concitoyens : « Considérez bien que les Français ne voient pas tous les quatre matins un président de la République. S’ils ont envie de m’interpeller quand je suis dehors, je dois leur accorder ce temps, c’est mon devoir ». Voilà donc une chose qui est mise au claire !