Une succession d’humiliation, c’est ce qui peut résumer l’expérience de Christine Kelly sur le plateau de Face à l’info de CNews. Il faut croire qu’Eric Zemmour s’est acharné sur la journaliste de 51 ans pendant qu’elle a intégré le CSA ou Conseil supérieur de l’audiovisuel. Des propos extrêmes du chroniqueur qui lui a valu plusieurs recadrages, mais cela n’a servi à rien !

Une présentatrice qui a connu des hauts et des bas !

Il faut croire que Christine Kelly a connu des hauts et des bas dans sa carrière de journaliste. Si elle avait été la cible d’Eric Zemmour tout au long de sa carrière, Cyril Hanouna lui a par contre ouvert ses portes dans sa rubrique Touche pas à mon poste. Une expérience que la journaliste déclare « amusante » et « enrichissante ».

Lors de son interview pour Télé-Loisirs, elle avait affirmé que : « j’ai rigolé, je me suis amusée. Et pourquoi ? Eh bien parce que Cyril m’y a laissé ma place et être qui je suis (…) Sinon je serais partie ! (…) Jamais on ne m’a fait faire ce qui ne me ressemblait pas… Sans même me demander ou en parler, par exemple me déguiser en je ne sais pas quoi, par exemple en poupée Barbie. Il y a des choses que je n’aurais pas acceptées. (…) Mais je me suis amusée ».

Elle n’a pas manqué également de parler de son expérience douloureuse au sein du CSA, « une humiliation quasi-quotidienne » révèle-t-elle.

Une humiliation qui a laissé des cicatrices

Dans cette interview, Christine Kelly affirme que malgré le respect qu’elle a envers l’institution, son expérience a été douloureuse au cours des deux premières années où elle avait travaillé au sein du CSA. Des premières années difficiles où elle a dû faire face à des humiliations quotidiennes. La journaliste raconte qu’au quotidien, elle était la cible de « moqueries, des railleries, sa voiture rayée dans le parking, ses notes de frais déchirées ». « Quand je rentrais chez moi, j’explosais en sanglots mais je n’ai jamais rien montré. A la fin, ils se sont épuisés » c’était confié l’écrivaine à nos confrères.

Sauf que Michel Boyon, le président du CSA à cette époque avait démenti ces accusations en déclarant «Franchement, elle m’en aurait parlé, vous ne croyez pas ? Ce ne sont pas vraiment l’habitude de la maison. Je pense que Christine Kelly a une petite tendance à exagérer les choses », une chose à ne pas prendre à la légère !