Depuis que les noms des associés de la belle-fille du président Emmanuel Macron avaient été dévoilés au grand jour, il faut croire que la polémique qui entoure l’ouverture de son établissement scolaire ne cesse de prendre du volume. Pouvant ternir l’image de son beau-père à la prochaine élection, la jeune femme a voulu apporter quelques éclaircissements sur le sujet. Explication !

Un extrémiste de droite ?

Ce qui a le plus retenu l’attention du public dans ce travail d’investigation effectué par le Canard Enchaîné c’est certainement l’arrivée d’un professeur de géopolitique ayant appartenu à un parti d’extrême droite ! Pascal Gauchon était non seulement un membre fervent au sein de ce parti dans les années 70, mais il a aussi été son leader.

Pour sa défense, l’avocate avait nié avoir tout contact avec l’enseignant tout en ajoutant que « Monsieur Gauchon n’a rien à voir avec nous, et je condamne toute forme d’extrémisme. Je n’autoriserai pas l’intervention de qui que ce soit d’extrême. Mais je n’ai pas à donner mon avis sur le contenu de l’ensemble des prépas parisiennes. » avoua celle qui est à la tête du lycée « Autrement » et non de la prépa du même non.

De son côté, Brigitte Macron, malgré qu’elle soit une enseignante retraité, elle affirme qu’elle n’est pas associé à ce projet et n’a pas « participé en aucune façon à son contenu pédagogique » comme nous pouvons le lire dans les colonnes du journal Le Monde.

Un passé à grande vitesse !

Pour Pascal Gauchon, son passé est si lourd que même actuellement, il continue de lui faire de l’ombre. En effet, ce professeur de géopolitique au sein de la prépa « Autrement » était le « dirigeant du Parti des forces nouvelles, situé à droite de la famille Le Pen » où on pouvait compter des personnalités telles que Jean Raspail qui est un fervent membre de la mouvance radicale existante.

Occupant d’autres postes au sein de ce parti, Pascal Gauchon était également rédacteur en chef de la revue du socialisme national « Défense de l’Occident » et un membre actif au sein de l’Ordre nouveau. Autant des postes clés qui montrent sa radicalisation au sein du parti d’extrême droite français.

Mis à part Pascal Gauchon, Christophe Cadet, le directeur de l’établissement ouvert par Tiphaine Auzière est également une personnalité au passé sulfureux et qui continue de faire couler beaucoup d’encre. Cet ancien directeur des classes préparatoires de l’Institution catholique Saint-Jean de Douai de 1988 à 2011 avait été connu pour « ses méthodes controversées » dans la gestion financièreau sein de l’établissement avant son limogeage. De quoi donner du fil à retorde à la fille de Brigitte Macron pour les prochains jours à venir !