Tout est parti d’un tweet lors de la manifestation contre la loi sur la « sécurité globale » et les violences policières. Si Alexandra Lamy a voulu protéger ces policiers qui avaient été blessés par les manifestants, tout simplement en postant son avis, elle fut également la victime des menaces et des harcèlements propagés sur la toile !

Un commentaire qui ne passe pas!

On a pu lire sur le compte Twitter d’Alexandra Lamy sa réaction face à cette manifestation !

« Ce que vit la police aujourd’hui est tout aussi abjecte que ce qu’a subi Michel. Honte à ces casseurs qui profitent de toutes manifestations pour détruire des magasins déjà en souffrance, qui viennent casser du flic, ils ne font que nous diviser et créer des amalgames ». Un post qui n’est pas passé inaperçu sur la toile, et que Cyril Hanouna avait remis sur plateau de Touche pas à mon poste ce lundi 30 novembre. En effet, l’actrice avait reçu nombreuses critiques virulentes suite à cette publication et Baba n’a pas manqué de mettre son grain de sel en affirmant qu’ « elle s’est fait fracasser sur les réseaux sociaux« !

Quand les femmes se serrent les coudes !

Alors que Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté se trouvait également sur le plateau, elle n’a pas manqué de prendre la défense de l’actrice. « Mais vous vous rendez compte où on en est du débat ? Quand vous avez quelqu’un qui poste un simple tweet pour dire ‘je suis opposée à toute forme de violence’, elle se fait lyncher à son tour et elle se fait harceler et menacer sur les réseaux sociaux« , réagissait-elle avant de souligner : « J’ai vu les réponses qui étaient vraiment d’un degré de violence, vis-à-vis d’une comédienne qui a juste dit qu’elle n’acceptait pas les violences, ce qui est complètement honteux. Il n’y a rien, jamais, qui justifie les violences » estima-t-elle.

« C’est un principe de base. On le dit pour les violences conjugales et les violences à l’égard des femmes, mais on le dit pour n’importe quelles violences. Le harcèlement scolaire, il n’y a rien qui le justifie. Tabasser un policier à cinq, il n’y a rien qui justifie. Tabasser un producteur de musique qui va à son travail, il n’y a rien qui le justifie. Aucune violence, jamais. C’est assez simple« , une chose qui est claire auprès de tous les citoyens !