Si le gouvernement avait annoncé la reprise du couvre-feu dans certaines villes de France, il faut croire que pour Elodie Gossuin c’est une occasion de resserrer les liens familiaux. Pour l’ancienne Miss, les nouvelles mesures de sécurité riment avec une opportunité à rallonge de profiter de sa famille. C’est une autre manière de positiver les choses !

Une année éprouvante mais avec des côtés positifs !

Pour la plupart d’entre nous, cette année est certainement l’une des plus difficiles au cours de ces dernières décennies. Sauf que pour certaines familles c’est une manière de se couper d’un rythme effréné pour s’accorder un peu de temps pour soi. Parmi elles, la famille d’Elodie Gossuin en a tiré au maximum les avantages. A 39 ans, la maman de deux paires de jumeaux a pu profiter au maximum de sa petite famille. Pour les vacances de Toussaint, la famille a donc décidé d’avoir un pied-à-terre à La Baule en Loire-Atlantique en compagnie de Jules et Rose, les aînés et Joséphine et Léonard, les deux derniers, sans oublier le papa bien sûr !

Une autre manière de profiter des vacances et du couvre-feu !

Si beaucoup pensent que les vacances sont toujours synonyme de grasses matinées, pour Elodie Gossuin et les siens, c’est plutôt jeux et activités en tout genre, comme elle le partage dans ses posts Instagram. « Heure d’hiver + couvre-feu = au taquet de bonne heure #ParentsHS #ViedeTribu #DoubleTwins Avec nous dans la Team lève-tôt ? ». C’est la légende de que l’ancienne Miss a choisi pour compléter ses photos suscitant la réaction de ses followers !

La mère de famille a pu trouver un moment de répit en compagnie des siens entre les différents projets sur lesquels elle travaille. En effet, cette dernière anime la matinale de la radio RFM en compagnie d’Albert Spano ainsi que les émissions 6Ter Familles extraordinaires, Vive le camping et Les vacances préférées des Français. Du coup, cette parenthèse octroyée par le gouvernement est certainement un salut pour la maman qui souhaite tant être au petit soin avec les siens. On peut donc croire que dans le Covid-19, il y a une chose de bon !